Comment être authentique sans se perdre ?

authentiqueseformeraldivination

Bonjour les amis,

Etre droit dans ses bottes, avancer sur son chemin sans perdre de vue ses idéaux est un challenge qui demande un véritable engagement, sans pour autant se mettre les autres à dos ou plonger dans le syndrome de Caliméro.

Comment faire ?

Etre vrai, bonne ou mauvaise idée ?

Nous vivons les uns avec les autres, et il est bien évident que l’on ne peut pas se positionner sur l’échiquier de la vérité à tout prix, à n’importe quel prix sans en payer le prix.

Chacun dans sa vie peut choisir l’authenticité, mais claquer la porte de son job, sous prétexte que vous n’êtes pas en phase avec votre boss pourrait vous conduire à quelques péripéties dont vous auriez du mal à vous remettre.

Dire à votre moitié d’orange que vous ressentez une forte attirance pour quelqu’un d’autre pourrait remettre en cause votre duo.

Exprimer à votre entourage  tout ce que vous pensez, car il faut être vrai et ne pas faire semblant, a des conséquences qu’il vous faudra maîtriser.

A vous de savoir si celles-ci vous apporteront un équilibre intérieur et la joie de vivre. A moins que n’ayez l’âme d’un révolutionnaire, d’un ermite ou d’un bouddha et que votre bien-être passe obligatoirement par la vérité toute crue, il y a de fortes probabilités à ce que vous fassiez plus d’ennemis que d’amis.Cela vous pose t’il ou pas des problèmes existentiels dans les rapports humains ?

Les rapports humains, parlons en !

Certains d’entre vous, en me lisant, se diront que je n’y vais par quatre chemins. Il faut être clair. On ne peut pas d’une main affirmer être d’une totale franchise et de l’autre, composer avec une vérité à tendance variable suivant les humeurs ou les arrangement du moment.

Les rapports humains, pour qu’ils soient vivables, se doivent de faire des compromis. Les compromis, c’est mettre de l’eau dans son vin. Mettre de l’eau dans son vin, c’est aussi accepter les différences des autres, sans leur cracher à la figure quelques vérités plus ou moins bien senties.

A priori, nous sommes des êtres civilisés qui ont pour la plupart d’entre nous le besoin de s’intégrer dans la société, dans un cercle relationnel et de trouver dans le regard des autres de l’appréciation, voire de l’amour. Qui serait à même d’affirmer que nous pourrions vivre sans amour ?

‘Connaître une vérité peut-être n’est-ce que la voir en silence.’ Antoine de Saint-Exupéry

Etre vrai, un tête-à-tête avec soi

Dans le dictionnaire, la définition de l’authenticité est la suivante : ‘qui exprime une vérité profonde de l’individu et non des habitudes superficielles et des conventions’. En droit, un acte authentique est un acte qui fait autorité.

Etre authentique dans la vie n’est pas une posture évidente.

Dans ce monde de faux-semblants, dans lequel on nous conseille régulièrement de congédier nos amis et nos proches toxiques afin d’être heureux, on risque de se retrouver isolé et mal-aimé, à force de se développer personnellement. L’homme est en perpétuelle évolution et c’est au contact et dans la relation à l’autre que le ‘je’ se construit et grandit.

On n’est pas seulement ce que l’on pense, mais on est aussi ce que l’on fait.

Etre authentique, c’est reprendre contact avec soi-même, avec son intériorité. C’est se regarder tel que l’on est, sans se juger, mais avec amour et bienveillance, dans le but ultime de se reconnecter avec sa sagesse intérieure et les valeurs qui nous animent.

Nos opinions, nos actes, nos pensées, même s’ils nous semblent personnels, sont déterminés par le monde extérieur, tant que nous ne les avons pas critiqués, remis en question disait Kant dans ‘ Qu’est-ce que les lumières’.

Comment être authentique sans se perdre?

Etre authentique, c’est s’assumer, prendre ses responsabilités et surtout s’aimer soi-même.

C’est accepter pleinement d’être l’auteur de ses mots et de ses actes.

C’est là où il ne faut pas confondre, authenticité et honnêteté. Nous sommes conditionnés par notre éducation, notre environnement socio-culturel. Doit-on être totalement transparent au regard des autres ? Qui dit transparence, dit aussi que l’on laisse une porte ouverte à la malveillance. Il ne s’agit pas de devenir  dissimulateur ou paranoïaque, mais peut-être de trouver un point d’équilibre entre être soi et une surexposition avec tous les risques qu’elle entraîne.

‘Les relations humaines authentiques deviennent impossibles lorsque vous vous perdez dans un rôle.’ Eckhart Tolle

Avez-vous lu cet article : le mythe du Père Noël ?

Quelques fausses et vraies bonne idées :

  • Laisser tomber les masques : nous évoluons dans une société régit par des codes, des rites. Ils ont aussi leur intérêt. Ils sont un fil conducteur dans les échanges avec les autres.
  • S’affranchir du regard des autres : on ne peut pas plaire à tout le monde, mais il faut se plaire à soi-même. C’est important de savoir se positionner, sans évidemment tomber dans l’agressivité.
  •  Avoir du tempérament, signe d’authenticité ? Avoir une forte personnalité est une chose, un caractère bien trempé, une autre et ça peut aider dans la vie. Par contre, des réactions véhémentes et intenses bloquent souvent la vie relationnelle.
  • Cesser de jouer un rôle : je vais vous raconter une histoire. Etudiante, je travaillais à l’accueil d’un village de vacances. J’avais parfois les larmes aux yeux lorsque je subissais des remarques désagréables de clients mécontents. Mon boss m’a pris à part en me disant: ‘si tu veux survivre dans le monde du travail, tu laisses Marie-Pierre au vestiaire, tu endosses la veste d’hôtesse d’accueil et tu reprends ta personnalité et ta sensibilité à la fin de la journée’. A 19 ans, ces mots plein de bon sens m’ont aidé à me centrer, trouver mes racines au travail. Ensuite, il est bien évident que dans d’autres contextes, à force de jouer un rôle, vous risquez de ne plus savoir qui vous êtes (déjà que cela n’est pas toujours évident) Clignement d'œil . Votre entourage se demandera aussi à qui il a affaire et si vous êtes quelqu’un digne de confiance.
  • Etre naturel: idéal dans certaines situations. Nettement moins, si vous allez au bureau pieds nus, afin d’être relié à la terre ou parce que vous estimez que vos pieds ne doivent pas être enfermés.
  • Trouver son véritable soi : courage. Comme notre identité se modifie puisqu’elle est constamment en devenir. Il s’agit d’un travail infini, vers soi-même.

L’authenticité se doit d’être un rendez-vous avec soi, une démarche intérieure et ne doit pas mener à la marginalisation, à la provocation et à se couper du monde extérieur.

Est-ce difficile, simple pour vous d’être authentique ?

Si vous estimez que cet article peut intéresser quelqu’un dans votre entourage, partagez-le, envoyez lui par mail.

A très vite. Marie-Pierre

Marie (2)

2 réflexions au sujet de « Comment être authentique sans se perdre ? »

  1. J’ai adoré votre article Marie-Pierre !
    Effectivement, certains devraient apprendre la nuance (différence) entre authenticité et honnêteté dans les relations humaines.
    Car le couvert de l’honnêteté peut facilement s’apparenter à de la méchanceté pour cause d’incapacité à (s’) assumer. Et il devient alors pour ces individus, plus facile de déposer son fardeau sur les épaules de l’Autre.
    À méditer.

    • Bonsoir Valérie, vous soulevez un lièvre et de taille si je puis me permettre 😉 .
      De fait, il est quelquefois facile de ‘se cacher’ sous une apparence d’honnêteté pour balancer quelque vérités pas toujours judicieuses à exprimer.
      L’authenticité est un état intérieur et à mon sens, n’a pas pour vocation de régler des comptes, même s’il est de bon ton aujourd’hui, de tout dire, afin de ne pas laisser soi-disant quelques zones d’ombres.
      En exprimant quelques rancoeurs, puisqu’il faudrait se libérer d’émotions négatives et sous couvert de franchises, certains confondent leur besoin de reconnaissance avec un dialogue serein et ouvert.

Laisser un commentaire