La Balance sur le divan

 Bonjour les amis,

Balance inconstante, Balance insoumise, Balance hésitante, comme pour les autres, ce signe n’est pas à l’abri des stéréotypes. Sous prétexte que c’est Vénus qui la gouverne, on la dit nonchalante, parfois paresseuse, ne pensant qu’à son bon plaisir, n’hésitant pas à manipuler les uns et les autres, sous des apparences conformistes, pour obtenir ce qu’elle veut. En parlant d’apparences, je vous propose dans ce billet de découvrir ce signe, pas si malléable qu’il en a l’air.

Il est où le Soleil, il dit quoi le Soleil ?

C’est la place du Soleil, le jour de votre naissance, qui détermine votre signe astrologique.  Du 23 septembre au 22 octobre, le Soleil traverse le signe de la Balance. Enfin, tout dépend des années, car il peut y avoir une journée ou deux de décalage. Pour en savoir plus, il faut regarder les éphémérides de votre année de naissance. Dans le thème natal, la position et la puissance du Soleil renseignent dans quelle mesure le natif peut jouer un rôle en tant que « JE ». Il correspond au ‘moi conscient’ et détermine les parts d’ombres et de lumières que chacun possède au fond de soi. Il exprime la conscience de votre propre valeur. Nous pouvons comparer le Soleil à un feu intérieur, que nous devons entretenir.

La position du Soleil dans un thème natal dépeint la volonté personnelle, les valeurs du surmoi créatif. Il est représentatif de l’archétype paternel selon Jung

Le Soleil est en chute dans le signe de la Balance. Dans le dictionnaire des termes astrologiques anciens, le mot grec ‘apeinoma’ signifie la chute, la localisation de la planète dans le zodiaque, dans laquelle son influence est la plus faible. Son verbe signifie être disgracié ou rejeté.

Vous l’aurez compris, je traîne comme un boulet depuis des siècles et des siècles cette mauvaise réputation d’un caractère sans volonté, qui change d’avis comme de chemises, qui ne pense qu’à pavaner pour épater la galerie, sous prétexte que le Soleil est en chute, certains disent même en débilité, j’en profite pour les remercier au passage, car je suis poli.  Comme je déteste l’injustice, je vais remettre les pendules à l’heure, enfin je vais faire la part des choses et les peser dans mes plateaux afin de déterminer avec justesse et impartialité, cela va de soi, mes valeurs et ma place en tant qu’individu.

Mais avant, je voudrais aussi crier à l’injustice avec Mars, cette autre planète qui ne m’épargne pas. Non, elle n’est pas en chute, mais cela ne vaut guère mieux : Mars qui symbolise l’action, le courage, la force qui nous fait tenir debout, et aussi la libido est en exil dans mon signe. Là aussi, on parle de débilité. Une planète en exil explique qu’il est difficile de s’approprier ses qualités. Non seulement, je serais doté d’un tempérament de mollasson, dans l’impossibilité de faire briller ma lumière intérieure, mais en plus, je serais incapable de me battre pour ce qui me tient à coeur ou de rentrer dans une compétition.

Je préfère pour le moment, ne pas parler de ma libido, car c’est quand même un sujet intime, mais sachez que je suis très vexé que l’on puisse s’imaginer que j’ai des soucis de ce côté-là. C’est quand même Vénus qui régit mon signe et l’amour, c’est mon truc à moi. Sans me vanter, je suis doué naturellement pour allumer et rallumer la flamme chez l’autre.

 <<< A lire : amis Balance, bon anniversaire !

Moi, Balance qui suis-je ?

Je suis un signe d’Air, donc sociable, qui sait se servir de sa cervelle pour prendre des décisions de façon objective et j’ai une approche sensée de la vie. L’Air est un élément masculin, positif et fort. Je suis particulièrement marqué par les projets, les idées, les relations. J’ai besoin de comprendre les choses, les gens, ce qui explique pourquoi je prends du temps avant de me forger une opinion sur les uns et les autres.  Il y a ceux qui cherchent à tout prix à imposer leur point de vue. Pas moi ! A mes yeux, l’essentiel est de pouvoir communiquer, échanger, discuter. Je sais écouter les autres et je leur permets d’exprimer librement leurs opinions. Ensuite seulement, je dis ce que j’ai à dire et je formule même mes désaccords, en y mettant les formes, bien sûr. Parce que je déteste blesser ou faire de la peine, il est difficile de se fâcher avec moi, tant je sais arrondir les angles. Cela ne veut pas dire que je suis hypocrite, comme certains se plaisent à l’exprimer. Je suis diplomate, il faut bien faire la différence. Et puis, je ne vois pas pourquoi, il faudrait que je me dispute avec les autres, parce qu’ils pensent différemment de moi. Ce trait de caractère n’a rien à voir avec de la faiblesse ou de la superficialité. Bien au contraire, il en faut du courage et de la force intérieure pour ne pas m’engager dans des enjeux profonds, qui potentiellement, froissent beaucoup de monde et sont contraires à ma philosophie de vie : maintenir l’harmonie.

A la différence des autres signes du zodiaque, qui sont représentés par un être vivant, c’est un objet qui me sert d’emblème. Et pas n’importe lequel s’il vous plait. J’en suis très fier. Il représente la droiture, le jugement équitable, la responsabilité. Il est le symbole de valeurs telle que l’intégrité, la moralité et la raison gardée. Il est synonyme d’équilibre, de méthode et de rigueur.

Dans l’Égypte ancienne, nous retrouvons mon signe sous les traits d’Osiris qui pesait les âmes. Nous retrouvons la Balance aussi dans l’histoire du Christianisme où elle est entre les mains de Saint Michel.

Ma Vénus à moi

La planète qui régit mon signe, c’est Vénus, comme mon copain le Taureau. Mais nous n’avons pas le même ADN. En Taureau, cette planète est plus charnelle, sensuelle, matérialiste, alors que dans mon signe, elle parle d’amour, d’art et de beauté. Le Taureau est en lien avec la maison astrologique II qui gouverne les biens, l’argent, les valeurs. La Balance est régie par la maison VII, celle qui cause des relations, des autres et de l’union. Vous l’aurez compris, nous sommes différents tous les deux. L’élément de Vénus est l’Air, tout comme mon signe. Ce qui parait un détail est un point important car il explique bien la différence de l’impact de Vénus entre le Taureau, signe de terre, et celui de la Balance. Je suis un incurable romantique, et c’est souvent pour cette raison, que je mise beaucoup sur l’autre et que je crois sincèrement à l’amour-toujours.

Mon autre planète, c’est Saturne. Saturne planète relationnelle synergique de Vénus, c’est tellement contraire à nos croyances qu’on préfère souvent mettre ça sous le tapis, des fois que ça dérange. Et pourtant ! Saturne a la fonction de protéger. Elle incarne la notion de responsabilité, l’envie de réussir et de mettre en oeuvre tous les potentiels que l’on porte en soi. Elle évoque la patience, la constance et la confiance qui grandissent avec le temps.

Les influences de Vénus et de Saturne amènent un besoin de vérité et intensifie la logique et les structures. Déterminé et ambitieux, je n’hésite pas à user de mes charmes pour obtenir ce que je désire coûte que coûte.

A lire : un thème astrologique, pourquoi faire ?

La Balance sur le divan

Je suis sensible et réfléchi, je recherche avant tout un équilibre parfait. Harmonie et paix sont mon idéal de vie sans oublier l’amour universel et le bonheur conjugal, véritable moteur de mon quotidien. Les pieds sur terre, j’agis rationnellement. Côté coeur, je suis un grand amoureux, pour moi, rien n’est plus insupportable que la solitude. A la différence de certaines personnes qui se fâchent et rentrent leurs colères, je ne me fâche même pas. Par contre, je n’oublie pas les offenses, les outrages, les trahisons. Une fois pesé le pour et le contre, je retire ma confiance et mon affection aux êtres qui ne le méritent pas.

Sous mes airs faussement décontractés se cache un être apeuré à l’idée de ne pas tout maîtriser. J’aime être rassuré sur mes objectifs, mes amours et mes désirs. Par peur de ne pas réussir, je préfère parfois ne pas essayer et ne pas être ainsi confronté à l’échec. J’ai besoin du regard de l’autre pour avancer avec un fort besoin d’être aimé et reconnu. D’une très grande sensibilité, je peux passer du rire aux larmes ou de l’optimisme au pessimisme en quelques minutes, si bien que je m’épuise autant physiquement que moralement.

Ambassadeur de la bienséance, je manie le verbe avec élégance. Je prends des gants (moins en privé qu’en public, oui, mon apparence, j’y tiens beaucoup) pour faire passer mes messages en douce. Ma réputation d’indécis m’arrange bien. Avec habileté, j’amène l’autre à aller dans mon sens pour lui laisser la responsabilité de son choix. En cas de problème, c’est à lui d’assumer !

Il est vrai que mis au pied du mur, je peux faire preuve d’une grande bravoure, mais c’est surtout par réaction. Car, habituellement, j’ai tendance à jouer la carte de la prudence pour garder l’équilibre. Il me faut des objectifs précis et du temps pour réfléchir avant de sauter le pas, quand je le saute.

Le conseil du divan

Vous détestez les conflits, pour vous, c’est une perte de temps, d’énergie et tous les moyens sont bons pour vous mettre hors de portée de tensions qui vous blessent. La notion d’harmonie à laquelle vous aspirez n’étant jamais perpétuelle, c’est pour vous, une source de souffrance. Vous devrez apprendre à moins vous mettre à la place de l’autre afin de mieux faire la paix avec vous-même. N’oubliez pas que la progression de l’homme se façonne au fil des succès, mais aussi des défaites. En aimant avec plus de légèreté, vous aurez moins besoin de l’autre pour trouver l’équilibre. Résultats : vos échanges sont plus fluides. Ne perdez jamais de vue que trop d’amour à l’égard de votre partenaire peut tuer l’amour qu’il vous porte.

Dans vos mains, la balance symbolise l’équilibre à trouver en vous-même d’abord, dans la vie ensuite. Pour y parvenir, il importe de regarder les faits tels qu’ils sont et non pas tels que vous aimeriez qu’ils soient, puis les accepter.

A très vite. Marie-Pierre

Marie-P Charneau (2)

N° siret :  345 328 785 00091

Laisser un commentaire