Pourquoi je ne cause plus avec les défunts

 conversations-avec-ma-mre-dcde_thumb.jpg

photo de http://seyed mostafa zamani

C’est une question qui revient fréquemment. Beaucoup de personnes ne comprennent pas mon refus de papoter avec les morts, de convoquer les esprits afin d’obtenir des réponses à leurs questions. Je vais vous expliquer mes raisons avec la franchise qui me caractérise.

La médiumnité,une faculté innée

Tout le monde peut développer des aptitudes de voyance, de télépathie et une sensibilité à la prémonition. Il suffit d’être à l’écoute de son ressenti et de ne pas se fier aux apparences quelquefois trompeuses. Certaines personnes, à force de méditation, arriveront ponctuellement à rentrer en contact avec des esprits qui se baladent dans l’au-delà, mais seules certaines douées à la naissance de cette faculté médiumnique pourront naturellement se brancher sur les différentes fréquences du monde visible et invisible.

Mes premiers pas dans la médiumnité

Je n’ai rien choisi, je n’ai rien calculé. Depuis toute petite, autant que je m’en souvienne, je savais à l’avance certaines choses. Je naviguais avec innocence entre le monde terrestre et celui de l’au delà, sans me poser de questions.

J’ai en mémoire, avec précision, une prédiction alors que j’avais dix ans, au cours d’un trajet en voiture dans la région parisienne. Je disais à mon père: ‘ attention à un accident, papa, il faut que vous ralentissiez, sinon, nous allons tous nous retrouver à l’hôpital et un monsieur devant a très mal à sa jambe qui sera écrasée par un véhicule.’ Quelques kilomètres plus loin, mes parents ont pu constaté la véracité de mes dires. Si cet évènement est ancré dans ma mémoire, c’est à cause du regard angoissé qu’ont porté mes parents sur moi.

Mes seconds pas dans la médiumnité

Alors que je faisais mes études à la Maison d’Education de la Légion d’Honneur (la M.L.H. pour les initiés), au cours d’une messe à la mémoire d’une maman décédée d’une de mes compagnes, je m’effondre en pleurs, tout en balbutiant: ‘c’est la mienne de maman qui s’en va.’ Trois jours plus tard, au cours du repas du soir, ma conseillère est appelée au téléphone dans cet immense réfectoire et revient en me disant impassible: ‘mademoiselle, votre père vous fait savoir qu’il viendra lui-même vous chercher demain soir. Préparez vos affaires pour le week -end.’  En larme, je lui ai rétorqué: ‘ma maman est partie’.

A 13 ans et demi, je commencerais mes véritables conversations avec l’au-delà.

Sa mort nous a réconcilié

Entre ma mère et moi, on ne peut pas dire que c’était le top au niveau complicité. J’avais l’art de lui poser des questions qui la dérangeait et j’avais du mal à supporter sa pression permanente à ce que je sois toujours la première dès mon plus jeune âge. Elle avait de fortes ambitions pour moi. J’affichais première de la classe avec deux ans d’avance sur ma scolarité tout en suivant un parcours sportif de haut niveau en natation.

Moi qui voulait danser et chanter, nous n’étions pas sur la même longueur d’onde.

En plus, je lui en voulais terriblement car elle avait refusé les propositions de ma marraine, sa cousine (première mannequin en France représentant les femmes rondes) à ce que je fasse quelques photos de mode adolescente pour des journaux en vogue. Une fois partie dans l’au-delà, branchée sur sa fréquence vibratoire, nous allons pendant quelques années, nous expliquer de façon plus sereine.

On papote en toute sérénité

A 13 ans et demi, je n’avais pas la moindre idée de ce représentait le mot ‘médium’. Mon éducation de jeune fille bourgeoise dans un monde militaire ne se prêtait pas à l’ouverture sur ces sujets pour le moins bizarroïdes.

Mes grands-parents maternel avaient pris le relais et il s’agissait avant tout de compléter un savoir-vivre avec des cours de tennis en compagnie de personnes ‘bien sous tous rapports,’ dans le but de contracter un beau mariage qui me mettrait à l’abri ‘des difficultés de la vie.’

Alors que ma famille maternelle tire des plans sur la comète pour mon avenir matrimonial dès mes 14 ans, je renoue avec mon enfance qui m’a été volé pour cause de gamine surdouée en faisant la causette avec ma maman.

Elle m’avertit, lors de ce mois de juillet 1974, du prochain départ de mon grand-père maternel.

J’irais m’allonger près de lui en me lovant dans ses bras afin de respirer ses derniers conseils avant que cet homme du signe du Scorpion ne rejoigne sa fille chérie au palais des anges.

Elle se manifestera aussi dans les prochains quinze jours pour me parler de la mort et m’exhorter à comprendre que ce n’est qu’un passage qu’il nous faut accepter sans se tordre de douleur au moment où ma marraine partira quelques jours plus tard.

‘Le chemin de la lumière est le plus difficile à arpenter, mais il est le seul qui nous fasse avancer’. Didier Girault

Mon ange-gardien

Elle fût mon ange-gardien, m’a sauvé de quelques embuches. Avant mon mariage avec le père de mes filles, j’ai fait un rêve. Je vivais dans une maison au bord d’un ruisseau et j’admirais les montagnes de ma fenêtre. Elle se manifesta en me disant: ‘ne te marie pas, surtout ne te marie pas’. Je lui rétorquerais lors de cette nuit mouvementée, telle une gamine en pleine crise d’adolescence: ‘je fais ce que je veux.’ J’avais 24 ans. J’habitais à Caen, dans le calvados et je ne voyais pas vraiment ce que venait faire cette image montagnarde.

Quelques mois après notre union, mon mari décide de faire une formation à Tarbes. Enceinte de 7 mois, il part seul chercher une location dans les Pyrénées. Imaginez mon désarroi, lorsque je découvre un mois plus tard, la maison qu’il avait choisi.

Exactement, celle de mon rêve, quelques mois auparavant. Un divorce compliqué s’en suivra.

A la suite de cela, une nouvelle fois, je ferais la causette avec elle, non pour lui demander des conseils pour avancer dans ma vie, mais afin d’être à l’écoute de ses messages, du rôle des médiums et de celui des disparus.

Aie, ça fait mal

Pour combler un manque affectif, pour se rassurer ou entendre des messages de ceux qui sont partis, beaucoup sont friands de consultations avec un médium ou tente par eux-même avec quelques recettes qu’ils auront trouvé par le biais de lecture de communiquer avec les morts. Le plus souvent, il ne s’agit pas d’être à l’écoute de conseils ou d’une demande d’être guidé. Les motivations sont pour la plupart dictées par la douleur d’avoir perdu un être cher et le refus de ce deuil. Elles sont légitimes, bien sûr, mais aussi très égoïstes.

Au lieu de laisser ces âmes cheminer vers leur destin dans l’au-delà, de part nos pleurs d’enfant, d’adultes perdus, nous les obligeons à redescendre de quelques étages, à mi-chemin entre le monde céleste et le monde terrestre.

Il faut savoir que cela est très douloureux pour eux et que nous ne leur rendons pas service.

Si danger il y a, ils se manifesteront

Dès lors, où vous vivez une véritable histoire d’amour avec ce disparu, il saura vous envoyer un signe. Quand je parle d’AMOUR, je veux dire que vous respectez le nouveau  monde dans lequel il évolue. Suivant vos croyances, vous lui fichez la paix, vous l’honorez ou vous lui souhaitez  sincèrement par la prière ou du fond de votre coeur de trouver la sérénité là où il se trouve.

En restant connecté, non pas avec lui , mais avec le divin, votre sagesse intérieure, vous recevrez des signaux très forts pour être guidé dans votre chemin de vie.

Et croyez-moi, si vous êtes en danger, il saura se manifester d’une façon ou d’une autre pour vous avertir.

En le laissant libre de la façon dont il vous enverra un message, vous n’occasionnerez  pas de mal à son âme.

La vraie mission du médium

Le médium est quelqu’un qui est connecté avec le monde invisible. II reçoit des messages qu’il se doit de transmettre aux terriens.

En aucun cas, il  ne doit se servir de ses dispositions pour en faire une animation de foire afin de prouver son don ou de s’en servir pour fidéliser une clientèle assoiffée de preuves des manifestions de l’au-delà.

Beaucoup de personnes en souffrance sont prêtes à débourser des fortunes parce qu’un médium recevra dans une salle en délire un message de tonton Roger en ressentant l’odeur du cigare qu’il fumait lors de son vivant.

Pourquoi je ne cause plus avec les défunts

Vous l’aurez compris, je me refuse de les déranger, parce que je les aime. J’accepte quelquefois de le faire, pour des personnes, lesquelles sont véritablement dans un état de souffrance, après avoir demandé à ces âmes si elles sont d’accord.

Je refuse de gagner des euros sur leurs dos pour remplir mon compte en banque. Je choisis d’être clean envers eux et envers ma déontologie, par respect pour eux, envers ma profession et pour les personnes qui me consultent.

  • Toute mes consultations sont soumises à des prestations rémunérées.

Je pratique la gratuité dès lors où il s’agit de papoter avec l’au-delà afin de résoudre un vrai problème, de se libérer d’un schéma de zut ancré dans la mémoire familiale ou de libérer une âme en détresse scotchée à la planète terre pour les personnes qui ont un réel souci financier.

Pour convenir d’un rendez -vous , cliquez ici en validant votre paiement.

 

Marie-Pierre

Recherches utilisées pour trouver cet articleavec le tarot peut on avoir des reponse d un defunt

19 réflexions au sujet de « Pourquoi je ne cause plus avec les défunts »

    • Bonsoir Laure, je parle avec mes trippes, avec les messages que je reçois, avec la volonté très ferme de ne pas faire de ces conversations, une animation de foire. Nous avons tous la possibilité d’être guidé à la condition d’être sincère er de garder notre faculté d’émerveillement …

  1. Merci Marie… Nous sommes du même âge et j’ai aussi toujours eu un pied dans l’au-delà mais n’ai récolté que la peur et son cote négatif jusqu’au décès de mon père en 2002 ou la au moins j’ai eu le plaisir de découvrir que je pouvais rester en contact très étroit pendant plusieurs années. Ensuite en 2009, ce fut le départ de ma mère et pareil, cette présence quotidienne me ravie. Je ne les sollicite presque jamais, mais j’ai pu mieux comprendre mon « don » après la lecture de differents ouvrages. Il faut admettre que cela ouvre de nouvelles voies et que l’on peut aider des gens a condition de garder l’ego sous contrôle comme tu le fais sentir. Je vis a Okinawa, le lieu le plus « hanté » parait-il de la planète. Mais je sais que ce n’est pas du au lieu mais a l’ouverture du peuple sur ce sujet.

    • Bonsoir Daniel,
      se relier avec nos guides permet en effet de s’ouvrir à de nouvelles voies et comprendre ce que veut dire l’Amour avec un grand A. Malgré les douleurs émotionnelles et naturelles en tant qu’humain, les âmes dans l’au delà délivrent toutes le même message. Il nous suffit juste d’être à leur écoute avec humilité. Bien à vous. Marie-Pierre

  2. D’accord sur toute la ligne, c’est très inspirant! Sauf un seul point; le dernier; de ne pas  »remplir son compte en banque pour ce don » Je suis pas d’accord. Les médiums méritent de gagner leur vie comme tout autre métier! Il faut arrêter ce discours culpalbilisant au sujet de l’argent! On a encore besoin d’argent sur terre et sans tomber dans l’abus, de mettre son juste prix pour pouvoir se consacrer à ce rôle si important d’être messager (et ne plus faire d’autre métier, en somme) est NOBLE. Merci.

    • bonjour Mona,
      je me suis mal exprimée. Quand je dis ‘gagner des euros sur leur dos’ , c’est en référence à ‘certaines foires’. Lors de réunions, certains médiums font référence à tata Paulette qui portait tel parfum et abusent consciemment ou pas d’ailleurs de la crédulité d’âme en peine. La plupart du temps, ils ne font que capter la mémoire de la dite tata inscrite dans le champ vibratoire de la personne. Un peu de bon sens: parce que le médium untel organisera une animation, tous les décédés y seraient également ???? 🙁 Ensuite je suis la première à demander des honoraires pour mes consultations de tarot et d’astro psychologique. Je suis contre l’esclavagisme 😉

  3. Bonjour merci pour votre sincère témoignage. J’ai une question peut-être pouvez vous m’aider.je reçois des visites de personnes décédées et d’âmes en peine ( visions ou rêves) . Ça m’a fait peur pendant longtemps puis mon ex belle mère m’a appris une prière. Depuis j’invoque l’archange Michel et prie à lame de suivre son chemin de lumière quand cela arrive. Je voudrais comprendre pourquoi ces âmes viennent à moi et me demandent des choses. Je ne veux pas répondre à leur requête j’essaie juste de les guider vers la lumière. Est ce que je dois continuer ainsi ? Merci. Amélie

    • Bonjour Amélie, il est difficile de vous répondre de façon personnalisée dans la mesure où je ne vous connais pas et je ne sais quel est votre parcours de vie.
      1) comment savez-vous quelle est leur demande ?
      2) dans quel contexte avez-vous reçu votre premier message ?

      Si je vous pose ces questions, c’est surtout pour que vous y réfléchissiez.

      Il est très rare que la mission de vie d’un terrien soit de guider les âmes vers la lumière. Certaines personnes ont cette faculté, mais elle se doit d’être maniée avec la plus grande prudence.
      Car la plupart de celles qui demandent cela sont ce que je nomme des âmes squatteuses…
      Et croyez-moi, elles sont loin d’être toutes très sympas.
      Pour effectuer ce travail, il faut bien connaître le monde de l’invisible (autant qu’il soit possible) et savoir se prémunir des dangers éventuels.
      Je vous recommande toutefois pour votre équilibre de laisser tomber l’affaire jusqu’à ce que vous en mesuriez bien les tenants et les aboutissants.
      Bien à vous.
      Marie-Pierre

  4. Bonjour Marie-Pierre, merci bcp pour cet article, il donne des réponses à certaines de mes interrogations. Je me disais bien que ne pas accepter le départ d’un proche ne peut pas lui faire de bien, et vous l’expliquez en disant que dans ce cas il reste entre deux mondes. C’est rassurant cependant de savoir qu’il peut garder un œil sur nous et nous avertir d’un danger. D’après votre récit j’ai envie de vous poser une question, vous dites qu’il est mieux de ne pas retenir nos proches car le fait de redescendre de quelques étages pour rester près de nous est très douloureux pour eux. Cependant votre relation avec votre maman s’est bien améliorée après son décès, je me dis que dans ce cas votre maman en tirait des bénéfices aussi? Je trouve que vous avez bcp de chances d’avoir ces facultés de communication. Je pense qu’on peut aussi apprendre à développer ces facultés pour apprendre à guider les âmes qui nous entourent (celles qui sont perdues et qui ne montent pas?) Je sais que j’aimerais entrer en contact un jour avec ma grand-mère partie pour savoir si elle se sent bien, pour savoir où elle est, mais la perspective que la communication lui soit douloureuse me freine du coup. Et d’autant plus si le fait de l’appeler l’empêche de se réincarner! (car cela finit par arriver?) En tout cas notre dernière conversation terrestre avait été très belle et ça c’est déjà magnifique. Vous parlez de communication entre deux mondes, cependant les âmes proches restent tout près parfois? Une amie qui a perdu sa grand mère m’a dit que lors d’une séance de reiki des années après sa mort, elle a vu sa grand-mère et qu’elles se sont serrées dans les bras… cela vous dirait de me donner votre éclairage? Si cela ne vous importune pas. 🙂 Merci pour votre site que j’aime beaucoup Marie-Pierre.

    • Bonjour Claire,
      merci de votre commentaire,
      certains défunts choisissent de rester proche pendant un certain temps car ils désirent guider un parent. Ce fût le cas de ma maman. Evidemment, le fait que j’ai des facultés à ‘papoter’ avec l’invisible l’a aidé dans sa démarche de me protéger.

      Bien plus tard dans ma vie, j’ai vécu une expérience assez compliquée et je l’ai appelé.(à ma façon 😉 )
      J’ai tellement ‘crié’ qu’elle est venue, et c’est là qu’elle m’a expliqué que c’était douloureux pour elle. Je ressentais tellement sa souffrance que j’ai prié pour qu’elle reparte dans son monde. A ce moment, un de mes guides est arrivé et m’a expliqué les différents paliers par lesquels passent les âmes qui ont quitté le monde terrestre.
      Je n’ai plus jamais recommencé…
      Effectivement, imaginez ‘le bazar’ quand l’âme s’est réincarnée…

      Ps: pour la grand -mère de votre amie, peut-être avaient -t’elles des choses à se dire?

      Bien à vous.
      amicalement
      Marie-Pierre

  5. Bonjour,

    quand j’avais 15 ans, j’ai mis les deux pieds dans le plat dans la médiumnité. Depuis petite j’ai des vagues réponses à ce qui se passe dans mon environnement. J’ai parlé avec des âmes en détresse mais surtout à ma mère,décédée quand j’avais 15 ans.
    J’ai 19 ans maintenant et je ne parle plus aux morts par respect. J’ai également appris à respecter leur chemin de « fin de vie ». Chose qui m’est venue très naturellement. J’ai arrêté du jour au lendemain.
    Merci de respectez ces capacités incroyables de l’humain. Merci de ne pas profiter d’autrui. Merci pour l’Amour que vous donnez.
    Merci.

    • Bonjour Harwen, vous me dites avoir 19 ans !

      Quelle sagesse, quelle maturité !
      Je vous remercie infiniment de votre témoignage.
      Je vous souhaite plein de bonheur.
      Avec toute mon amitié.
      Marie-Pierre

  6. Merci pour votre témoignage Marie, votre histoire est très forte, et c’est avec une telle sincérité, amour, respect et cette gratitude pour nos chers disparus que vous m’avez ouvert une fenêtre par laquelle je ne voulais pas regarder. J’ai perdu mon mari en Mars 2015.
    Merci de tout cœur

    • Bonsoir Madame,
      Je suis de tout coeur avec vous dans cette perte de votre époux. Sachez que le plus grand bonheur de nos disparus est de nous voir heureux, avec ou sans eux, même si c’st compliqué pour nous terriens, de l’accepter.
      Avec toute mes meilleures pensées.
      Chaleureusement.
      Marie-Pierre

  7. Je refuse aussi de les déranger de cet espace de paix et d’Amour d’où j’arrive il n’y a pas si longtemps.il est très difficile de revenir….

  8. Bonjour Marie-Pierre, j’ai eu affaire à un « passeur d’âmes », je voulais juste être mise en contact avec mon défunt père… mon grand-père est venu puis mon père qui n’était toujours pas dans la lumière. Il n’y arrivait pas car j’étais trop triste à cause de sa mort m’a dit le medium. Quelques mois plus tard j’ai retenté un contact et il est revenu. Le medium m’a dit « ça y est il s’en va » puis « il revient sur ses pas ». Il m’a donné son message, disant qu’il souriait en regardant la lumiere puis « l’a fait passer » sans que j’aie le temps de donner mon avis.
    Je n’ai pas vraiment demandé cela, ce depart m’a semblé précipité et depuis j’ai des remords d’être intervenue dans son chemin vers la lumière, ce n’est pas naturel finalement.
    En fait je me demande s’il est vraiment dans la lumière et comment le savoir ? Je suis très angoissée, me demandant s’il n’est pas « ailleurs » (j’espère pas en enfer ?) et surtout s’il y est bien ou si j’ai involontairement changé sa vraie destinée… Comment faire ?
    Merci pour votre aide

    • Bonjour Martine,
      je vous rassure immédiatement, votre père n’est pas en enfer.Tout simplement parce que l’enfer n’existe pas dans l’au delà. Ce que l’on nomme enfer est le bas astral. Mais cela demanderait un article approfondi pour expliquer tout cela. Vous n’avez pas non plus changé son chemin. S’il n’est pas monté à un moment donné, c’est qu’il le voulait bien, car in cherchait à vous protéger. Si vous l’aimez, parlez-lui avec votre coeur en lui disant merci pour tout ce qu’il vous a apporté et dites lui votre amour filial. S’il n’est pas parti à l’étage supérieur, ces simples mots l’apaiseront et cette fois-ci, il cheminera le coeur et l’âme en paix. Bien à vous.
      Amicalement.
      Marie-Pierre

Laisser un commentaire