Comment mettre un stop au harcèlement ?

Bonjour les amis,

Le harcèlement, si on ne l’a pas vécu au quotidien, est quelque chose que les autres ont du mal à comprendre. Les conseils vont bon train, mais ils ne résolvent pas tout, loin de là. Le harcèlement, c’est de l’agression mentale, psychologique, dans le but évident de faire du mal, de détruire, de casser l’autre. Quelques pistes pour sortir de cette spirale infernale et retrouver son équilibre intérieur.

C’est quoi d’abord le harcèlement ?

Le harcèlement, c’est d’abord et surtout de la violence. Il peut se présenter sous plusieurs formes. Malheureusement, ce mode de fonctionnement se retrouve aussi bien dans le monde du travail, du relationnel, de l’affectif, et touche également tous les autres secteurs de la vie. Personnes âgées, écoliers, lycéens, enfants, famille, chacun peut se retrouver un jour ou l’autre le souffre-douleur de ce type d’agissements. Il se décline sous plusieurs formes : physique, moral, sexuel et aussi par téléphone, courriers anonymes, messages sur les nombreux réseaux du net. C’est un acte délibéré qui est soi-disant répréhensible et puni par la loi. Il entraîne de telles séquelles psychologiques que la victime ne sait pas toujours comment s’en sortir et parfois, parce qu’elle n’arrive plus à gérer cette extrême violence, elle se met elle-même en tord, en répondant à son agresseur de façon inappropriée, car elle est sous le choc de cette brutalité, qu’elle ne comprend pas, qu’elle ne gère pas.

Le harcèlement est une arme pour celui qu’on désigne en psychanalyse le pervers narcissique. Son objectif ? Affecter, voire détruire l’identité de l’individu. De manières répétitives, et insistantes, il fait subir à sa victime des humiliations.

En 1998, Marie-France Hirigoyen, docteur en médecine, psychiatre, psychanalyste, chercheur en victimologie, a publié un ouvrage : ‘ le harcèlement moral, la violence perverse au quotidien’.

Elle définit comme une ‘conduite abusive qui se manifeste notamment par des comportements, des paroles, des gestes, des actes, des écrits pouvant porter atteinte à la personnalité, à la dignité ou à l’intégrité physique ou psychologique d’une personne’. Souvent assimilé au harcèlement professionnel, le harcèlement moral trouve ainsi un cadre juridique en 2002, avec une loi insérée dans le Code du travail.

Le harcèlement, c’est une prise d’otage. Le harceleur a une personnalité structurée de telle sorte, qu’il essaye d’avoir un pouvoir sur l’environnement, d’obtenir des choses des autres et de ne rien donner. C’est quelqu’un qui a beaucoup de mal à percevoir ce que les autres ressentent, qui est  incapable de se mettre à la place des autres et qui par différentes techniques, comme le chantage, la culpabilisation, souffler le chaud et le froid, tout en se faisant passer pour celui qui subit des injustices, cherche à obtenir quelque chose ou à détruire quelqu’un.

Diagnostic du harcèlement

S’il est facile de repérer le harcèlement basique, comme les appels téléphoniques répétés, les appels masqués, les lettres anonymes, les messages agressifs qui visent à vous déstabiliser, les paroles destructrices, il existe d’autres types de comportements qui sont plus difficiles à déceler.

Derrière le visage du harceleur se cache un être cupide, avide de reconnaissance et de pouvoir. Pour les conserver ou masquer son incompétence, il est prêt à éliminer tout ce qui pourrait y faire obstacle. Il s’attaque surtout à quelqu’un qui représente un danger réel ou imaginaire. Il traque sa victime par tous les moyens et les informations collectées nourriront sa haine suscitée par sa frustration. Sa jalousie devient obsessionnelle et s’apparente au délire névrotique. Il va s’appliquer à anéantir sa proie en semant le doute, lui faire perdre sa confiance sur ses compétences, sa valeur personnelle.

Derrière le visage du harceleur se cache un manipulateur qui va utiliser d’autres personnes afin que la communication directe ne passe pas par lui. Il a le talent de médire en tenant des propos aux apparences objectives sans pour autant émettre des critiques claires, mais en lançant quelques allusions désobligeantes. Il se place en victime afin qu’on le plaigne et fait transmettre ses messages par autrui. Il sème ainsi la zizanie, crée la suspicion et divise pour mieux régner. Il se démet de ses propres responsabilités, en parvenant à mettre de son côté des collègues, des proches en leur faisant croire par des insinuations que c’est lui qui subit des dommages moraux.

Article à lire : <<<peut-on déceler les manipulateurs ? <<<

C’est qui le harceleur ?

Avant de parler de ce qu’il faut surtout éviter de faire et des techniques imparables pour mettre un stop au harcèlement, il est indispensable de revenir au portrait psychologique du harceleur. Rappelons-le, le harceleur est un jaloux, un envieux qui souffre d’une rivalité obsessionnelle ou d’une fixation de rivalité pernicieuse. C’est un paranoïaque, qui est déconnecté de la réalité et qui a besoin de détruire l’autre pour se sentir en position de force. Il sait parfaitement que ses agissements ont pour but de détruire sa proie et il en tire une grande jouissance.

  ‘Son truc à lui, c’est de vous glisser des peaux de bananes sous les pieds, afin que vous trébuchiez.’

Il ne s’attaque pas à des personnes qui ne risquent pas de lui faire de l’ombre. Au contraire, ses cibles favorites sont des gens autonomes, à forte personnalité, dotés d’empathie, de générosité, de talents, qui pensent par eux-mêmes et ne sont pas influençables. Elles ne sont pas naïves, loin de là, mais ont des centres d’intérêts enrichissants qui sont loin de ces manoeuvres sournoises et malsaines. Le harcelé est très souvent un individu qui présente des qualités positives d’intégrité, d’honnêteté et de loyauté. En somme, tout ce qui s’oppose à la manipulation et la corruption. De plus, il agace par sa gentillesse, son écoute, sa disponibilité, son humour et sa vitalité, qui contraste avec le profil des harceleurs. En fait, le harcelé est un individu qui s’avère être ‘ très bien dans sa peau’.

Il est important de le souligner, car certains se culpabilisent en se demandant ce qui cloche chez eux pour s’attirer autant d’agressions. Le harceleur ne supporte pas la lumière. Elle le renvoie à ses zones d’ombres, à ses peurs, à son incapacité à briller par lui-même, d’où son besoin d’agir en sous-marin, de manière obscure en se posant comme un prédateur qui va ainsi se donner enfin du pouvoir de par le contrôle qu’il va exercer sur sa proie.

Je ne parle pas dans ce billet du harcèlement scolaire, du harcèlement professionnel, ni du harcèlement envers les personnes âgées.

Comment mettre un stop au harcèlement ?

Ne diabolisons pas : quelques appels d’un prétendant éconduit qui affiche clairement son numéro de téléphone n’est pas du harcèlement. Peut-être devrez-vous avoir une franche explication afin qu’il comprenne vos intentions et votre désir de ne pas poursuivre cette relation.  Ce n’est pas non plus parce qu’un parent vous demande trop souvent de vos nouvelles, à votre goût, qu’il devient un harceleur. Une personne qui vous drague, même lourdement, n’est pas forcément un prédateur sexuel. Un sifflement, une invitation à boire un verre, un ‘ tu as de beaux yeux tu sais’, c’est juste quelqu’un qui tente sa chance.

Le harcèlement en réseau :  il est pénible, certes, mais il suffit de signaler la personne, de la bloquer et le tour est joué. Il est bien évident qu’il faut aussi faire preuve de bon sens et ne pas s’inscrire à des groupes ou des forums qui ne sont pas gérés par des gens compétents ou qui ne font pas leur job de modérateur. Quelques clics pour se désabonner vous permettront de réseauter en toute sérénité. Et si vous êtes sur le net en tant que particulier, n’acceptez pas non plus n’importe qui dans vos relations. Inviteriez-vous à votre domicile des gens dont vous ne savez rien ?

Le harcèlement familial : il n’est pas à prendre à la légère, tout comme le harcèlement conjugal.  A la base, la famille est un cocon protecteur. Mais, les non-dits sont aussi monnaie-courante. Dès lors où il vous atteint dans votre intégrité physique et ou morale (inceste, agression sexuelle, violences verbales, cruauté mentales, humiliation), il est impératif de vous en protéger et de ne pas tergiverser sur les moyens à mettre en place. Le piège est que ces relations sont basées sur de l’affectif d’où la difficulté à prendre des décisions drastiques pour sauver sa peau. Il existe aussi des histoires sordides comme le monsieur qui a une liaison avec une femme de sa famille (belle-soeur ou autre) et qui use de chantage plus ou moins énoncé afin qu’elle se soumette à ses exigences sexuelles. C’est un exemple malheureux parmi tant d’autres. C’est l’ambiguïté du contexte familial qui met mal à l’aise et c’est elle qui permet à l’agresseur de nier : les choses sont toujours faites à la limite de la loi, à la limite de l’insulte, à la limite de tout et de presque soi-disant rien. Il est impératif de lever le silence et d’en parler ouvertement, même si c’est un sujet qui fâche. Il s’agit là de retrouver son intégrité morale et psychologique. Comme dans tous les cas de harcèlement très lourd à porter, il est impératif de se faire accompagner dans ses démarches par des professionnels compétents.

Le harcèlement moral : comme pour tous les autres types de harcèlement, il s’agit de maltraitance. Il est pratiqué dans un but ‘ gratuit ‘ de destruction d’autrui et/ou de valorisation de son propre pouvoir. Il va falloir oublier la communication bienveillante, la diplomatie pour ne pas faire de vagues, le besoin d’explications franches et celui de répondre par l’humour ou de vous justifier, comme si vous étiez coupable d’être victime de cette violence. Dès lors où vous répondez à votre harceleur, celui-ci se servira de vos propos, les replacera dans un contexte qui n’aura rien à voir avec vos dires, afin de reprendre le contrôle sur vos agissements, sur votre vie. Il les utilisera pour prouver que c’est vous qui êtes en tort, qui ne tournez pas rond, voire que vous êtes quelqu’un de déséquilibré.

Ne perdez jamais de vue que le harceleur est un traqueur, qu’il a passé des heures et des heures à faire des recherches sur internet à votre sujet afin de prendre le contrôle sur vous dans le but de vous détruire. Tout ce que vous direz, vous écrirez, il s’en servira dans ce but. Une photo de vous où vous avez le sourire est un signe que vous cachez quelque chose. Un commentaire, même anodin, est pour lui, une preuve que vous n’allez pas bien ou que vous êtes un manipulateur.

Tout, tout, absolument tout lui sera profitable pour vous mettre plus bas que terre.  Dès lors où vous avez affaire à un harceleur, faites des copies d’écran des appels téléphoniques, des messages que vous recevez sur votre portable. Gardez soigneusement toutes les traces (mails, courriers anonymes). Enregistrez les messages sur votre répondeur et surtout ne lui répondez jamais.

Si vous avez une réponse à faire, qu’elle soit unique et brève : ‘ si vous continuez, je porte plainte’.  Et portez plainte ou faites une main courante, sans l’avertir. Quand vous recevez plus de trente appels par jour, vous finissez par avoir peur de répondre au téléphone, ne sachant pas qui est derrière ce numéro. Ne restez pas dans votre coin et parlez-en à des proches. Le but du harceleur est de vous isoler pour prendre le contrôle sur vous et vos émotions.

          Dès lors où il s’apercevra que vous êtes entouré, aimé, aidé et appuyé, il cessera de vous harceler.

Avez-vous eu affaire à un(e)  harceleur (se) et comment l’avez-vous vécu ?

A très vite.

Marie-Pierre Charneau

Marie-P Charneau (2)

Laisser un commentaire