Le Scorpion sur le divan

bonjour les amis,

Scorpion machiavélique, Scorpion intolérant, Scorpion ténébreux, on oublie que jadis, avant que Pluton, le Dieu des enfers, s’empare de la maîtrise de mon signe, les anciens disaient de moi que je suis le porteur de la vérité, le défenseur d’une cause juste et disciple de la loyauté. Je confirme et je rappelle que c’est Mars ma planète. Je profite de ce passage sur le divan pour parler de moi en toute sincérité.

Bonjour Mars, adieu Pluton

Pluton a été découverte le 18 février 1930.  Il fait partie des noms autrefois donnés aux esclaves dans les départements d’Outre-Mer. C’est le surnom rituel du Dieu Grec des Enfers, Hadès. Hadès est impitoyable : aucun de ses sujets ne peut revenir parmi les vivants. Depuis que l’on m’a collé son symbolisme sur la carapace, on me dépeint comme un personnage manipulateur, destructeur, impitoyable, cruel, cette réputation sulfureuse ne me lâche pas le dard. C’est à se demander comment je faisais pour trouver ma place dans la roue du zodiaque avant 1930. Depuis quelque temps, je retrouve mes lettres de noblesse, c’est mon copain le Gémeaux qui est en tête d’affiche sur les signes les plus insupportables. On le décrit maintenant comme un immature bipolaire, doté d’une inconstance névrotique. Pardonnez cette digression, mais cela me fait du bien d’exprimer ma colère, car j’en bave de toutes ces horreurs que l’on écrit sur moi. Et sachez que je suis très sensible, comme tout signe d’Eau. En parlant d’Eau, le Scorpion est régi par deux éléments, l’Eau et le Feu.  C’est Mars qui est à l’origine de mon esprit rebelle, de mon goût du risque et des défis. Cette planète explique aussi mes poussées d’agressivité et de jalousie. Je ne connais pas la demi-mesure. Tenace, lorsque j’entreprends un projet, je m’y investis corps et âme. Ma soif d’absolu fait de moi un être entier, authentique et passionné.

Article à lire : tout, vous saurez tout sur le Scorpion, enfin presque !

Les émotions et moi Scorpion ?

Nous sommes bien sur le divan ?  Et personne, j’espère, n’a accès, en dehors de mon sac de couchage qui me protège d’un trop plein de confidences (en mode parano) et de mes nombreux accouchements intérieurs (en mode psycho). Mes confidences pourraient me desservir, mais j’ai l’intime conviction que l’on m’aimerait beaucoup plus, si je dévoilais un pan de ma personnalité. Mon plus gros problème, c’est mon élément, mon principe actif :  l’Eau, celle des marais, à la surface de laquelle tout semble paisible, mais où la vie s’agite en profondeur. Comme le Taureau, mon opposé et mon miroir, je rumine, j’ai du mal à pardonner une offense, une trahison. Signe féminin, mon côté Ying fait que j’ai besoin d’être rassuré en permanence sur les valeurs que je véhicule.  Ces émotions qui me submergent à mon corps défendant, je ne sais pas toujours comment les canaliser, si bien  c’est parfois le grand bazar. Elles me prennent aux tripes et quand quelque chose me contrarie très fort, elles suscitent chez moi tellement d’angoisse et de stress, que j’en deviens mordant et colérique. On dit que je pique, ce qui est faux la plupart du temps. On peut avoir un aiguillon empoisonné et être incapable de faire du mal à une mouche. Mon venin, c’est ma protection lorsque je me sens menacé, donc en insécurité émotionnelle.  Artiste dans l’âme, mon émotivité est malgré moi ma plus grande source d’inspiration.

Article à lire : Amis scorpions, bon anniversaire.

Mon sixième sens

Avez-vous examiné mon animal totem, le Scorpion ? On dit de cet animal que s’il n’a pas évolué depuis son apparition, c’est parce que ses caractéristiques frôlent la perfection. Très résistant, il possède des armes efficaces pour chasser et se défendre. Il est capable de vivre dans des milieux extrêmes et peut supporter des variations de plus de 50°C.  Vous l’aurez donc compris, il a une faculté d’adaptation remarquable. Même dans les pires conditions, il ne se laisse jamais abattre et a toujours une solution kit en pince pour gérer les difficultés et les crises. Cet animal a une paire d’yeux médians et deux à cinq paires d’yeux latérales. Comme lui, je suis doté de plusieurs paires d’yeux, sauf que les miennes ne se voient pas sur mon visage. C’est ce qui explique pourquoi j’ai des radars qui m’aident à détecter le vrai du faux. Je préfère écouter mon intuition qu’obéir à la logique ce qui me permet d’anticiper. Je n’hésite pas à changer de cap dès que je flaire le piège ou l’impasse. Grâce à ce sixième sens, j’appréhende avec beaucoup de lucidité les changements et je conserve, dans bien des situations une attitude calme et paisible. En amour, je ne triche pas et je capte dans l’instant si l’histoire à des chances de marcher.

La maison VIII

Pourquoi j’aborde le sujet de la maison VIII ?  Parce que mon signe est le huitième du zodiaque et par analogie, il s’apparente aux caractéristiques de ce secteur astrologique et le 8 est le symbole de l’infini. On lui attribue les situations de crises, les bouleversements, ce qui a trait au monde souterrain, aux forces telluriques et à la sexualité. On parle de la mort dans cette maison, de la faculté à renaître de ses cendres, c’est pourquoi on la nomme la maison de la transformation. Comme je vous le disais plus haut, pas besoin de Pluton pour parler de mon signe : entre Mars et la maison VIII, vous avez déjà pas mal d’éléments à vous mettre sous la dent pour me décrire.  La maison VIII, c’est celle des richesses, surtout intérieures, plus que le montant de mon compte en banque. Ceci-dit, j’apprécie la prospérité pour les plaisirs qu’elle procure et j’ai la prétention de croire que faire circuler l’argent, c’est faire circuler des énergies. Et ma sexualité ? Parlons-en, car pour moi, le sujet n’est pas tabou : ce n’est pas une raison pour me taxer d’obsédé à longueur d’horoscopes. Je veux juste de l’exceptionnel, car lorsque j’aime, je me donne à 100 %. La sexualité est une valeur sacrée à mes yeux et je ne me sens jamais aussi vivant qu’en aimant. J’aime les câlins et je ne suis pas le seul à ce que je sache. Je suis un passionné, et à la différence des autres, au moins, avec moi, mon partenaire ne s’ennuie pas.

Article à lire : un thème astrologique, pourquoi faire ?

Le Scorpion sur le divan

Je fais peur et je suis souvent mal jugé. Têtu et colérique, oui, mais aussi généreux et loyal. Que ce soit en amour ou au travail, lorsque je suis lié par un contrat ou par promesse, je mets tout mon coeur à l’ouvrage. On parle souvent d’attirance sexuelle au sujet du Scorpion, ce qui est réducteur de ne penser qu’à cette échelle. Lorsque je m’engage, c’est avec mon coeur, mon âme et mon corps. Je suis réputé comme un signe difficile à vivre, ce n’est pas l’exacte vérité. Je ne me dévoile jamais complètement et je laisse volontiers flotter un voile autour de moi. Je peux me montrer passionné, excessif, ce qui me vaut souvent la réputation d’une vie sentimentale complexe et instable. En fait, dès lors où j’ai trouvé ma moitié d’orange, je suis très fidèle et beaucoup plus facile à vivre qu’il n’y parait. C’est aussi ce mythe de Vénus en exil dans mon signe qui alimente les ragots sur mes amours, mes emmerdes. Grosso modo, cela reviendrait à dire que je suis incapable de gérer mes histoires de coeur. Je l’admet, avec moi, les sentiments, c’est parfois du trapèze sans filets, des échanges hautes voltiges, mais on peut compter sur moi pour aimer l’autre tout entier, sans à priori, ni préjugés.

En amour, en famille, je me sens chargé d’une grande responsabilité. Je veille sur les miens pour les mettre à l’abri de tout danger. Auprès de ceux que j’aime, ma carapace se mue en une enveloppe douce et fragile qui se lézarde quand un enfant, un parent est en difficulté, souffre. Personne n’a le droit de critiquer mes proches et pour le coup, je deviens implacable. Ces détracteurs se souviendront longtemps de ce que veut dire : la vengeance est un plat qui se mange froid. Lorsque je suis trahi, il n’est pas question que celui qui m’a piétiné s’en sorte aussi facilement. Je concocte une petite vengeance bien cruelle et j’attends mon heure pour l’asséner au bon moment.

J’ai une âme de super héros. Je préfère vous en parler encore une fois, au cas où vous n’auriez pas compris que les Scorpions, c’est les meilleurs. Je me range souvent du côté des faibles et des opprimés, et je leur viens spontanément  en aide. Attentionné et désintéressé, je suis l’ami sur qui on peut toujours compter.

Je suis un travailleur discipliné et déterminé. Et vlan dans les dents pour ceux qui disent que je suis ingérable. Salarié ou employé, j’ai à coeur de donner le meilleur de moi-même et de dialoguer avec mes collègues pour optimiser et rentabiliser les heures de boulot. Très impliqué dans les rapports humains, avec ma manière d’aborder les problèmes à rebrousse-poil, je trouve des solutions inédites qui satisfont tout le monde (enfin presque). Il ne faut simplement pas me faire des petits dans le dos, sinon, je claque la porte pour proposer mes services à ceux qui apprécieront mon goût du challenge.

Les conseils du divan

Sous votre apparence compliquée se cache un vrai gentil. Ne vous défendez pas de tout vouloir donner par amour. Troquez l’image déroutante contre un sourire affable, un geste tout doux. Avec votre lucidité décapante, vous avez peu d’illusions sur la nature humaine. Et la vie prend parfois des couleurs sombres. Dans vos moments d’angoisse, de déprime, vous retournez vos peurs, vos frustrations contre vous-même. Profitez de vos talents d’introspection pour effectuer un travail sur vous. En comprenant mieux comment vous fonctionnez, vous réussirez à espacer les périodes ‘down’.

Pour gagner en sérénité, prenez conscience que vous n’êtes pas responsable de la bonne marche du monde. Faites confiance à la vie et aux autres pour prendre leur existence en main.

Le self-control a ses limites. Vous fier à votre intuition, c’est super. Ecouter les conseils de vos proches aussi. Des efforts d’adaptation, de communication sont les bienvenus.

Véritable alchimiste, vous luttez pour transformer en or votre destin autant que celui de ceux que vous aimez. Ne doutez plus de vos talents à être celui qui relie les uns aux autres et même si parfois le fil est invisible, il n’en demeure pas moins concret et plein d’amour pour vous et pour les autres.

A très vite. Marie-Pierre

Marie-P Charneau (2)

Recherches utilisées pour trouver cet articlele scorpion sur le divan

Laisser un commentaire